Entretien avec la cheffe de projet, Muriel Temme, chargée de la création d’un Réseau pour la Transition Écologique

Pourrais-tu te présenter rapidement ?

Née en Allemagne dans une région façonnée par l’industrie, j’ai appris à apprécier la valeur de la nature, d’où mon fort attachement à sa protection.

Après mon baccalauréat, j’ai décidé d’intégrer la filière franco-allemande de Sciences Po Lille, au sein de laquelle je me suis penchée sur les questions de développement soutenable.
Puis, je me suis spécialisée grâce à un second Master 2 en écologie végétale à l’Université de Strasbourg que j’ai réalisé en apprentissage à l’Agence d’Urbanisme de Strasbourg (ADEUS). Au niveau de mon engagement personnel, je fais partie de Notre Affaire à Tous à Strasbourg.

Qu’est-ce qui t’a amené à candidater pour ce poste ?

Quand j’ai vu ce poste sur le site d’ECO-Conseil, j’ai été tout de suite intéressée, car au regard de mes expériences précédentes, j’ai constaté que nous avons vraiment besoin d’un réseau entre différents types d’acteurs pour faire avancer la transition écologique sur le territoire du Grand Est. De fait, j’ai envie de mobiliser mes compétences pour ce beau projet.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ce projet de réseau ?

ECO-Conseil est parti du constat que même si de nombreux projets en faveur de la transition écologique sont menés par différents acteurs sur le territoire du Grand Est, la cohérence de leurs actions ainsi que leur impact transformatif restent souvent limités.

L’idée du projet de réseau pour la transition écologique pourrait pallier ces obstacles en contribuant à faire émerger une stratégie commue et des projets plus collaboratifs. Ainsi, nous souhaitons mutualiser les compétences pour les mettre au service des acteurs de la transition écologique. Il s’agira notamment d’aider les petites structures en leur offrant un soutien dans leur recherche de financement et leur communication, ainsi que l’accès à un vaste réseau.

Qui sera concerné par ce réseau ?

De manière générale, nous souhaitons intégrer tous les acteurs du territoire du Grand Est qui œuvrent en faveur de la transition écologique : collectivités territoriales, associations, entreprises, universités etc.. Dans un premier temps, afin de concrétiser la démarche, nous allons faire appel au réseau des éco-conseillèr.e.s travaillant dans des structures diverses sur l’ensemble du territoire.

Dans un second temps nous projetons d’élargir ce réseau à d’autres acteurs du Grand Est et même outre-Rhin.

Quelles seront les prochaines étapes de la démarche ?

Pour bien démarrer ce projet, j’enverrai une première enquête à notre réseau existant afin de recenser les forces vives qui aimeraient contribuer au projet. Il s’agira aussi de comprendre les attentes de ces nombreux acteurs et leur niveau d’implication pour le bon fonctionnement du réseau : services, compétences etc… Une rencontre sera prochainement organisée pour co-construire la démarche.

Comment tu te sens au bout de trois semaines chez ECO-Conseil ?

Le lieu de travail est vraiment extraordinaire et l’équipe est formidable. Il y a une telle bienveillance qui règne à la Tour du Schloessel. Et ça fait vraiment du bien d’être entourée de personnes si inspirantes, motivées et dynamiques.